La désintégration de la navette Columbia

Mise en contexte

Nous sommes le 1er Février 2003, il est 8h10, après 17 jours en orbite basse durant la mission STS-107, les 7 membres d’équipage de la navette Columbia: Rick D. Husband, William C. McCool, David M. Brown, Kalpana Chawla, Laurel B. Clark, Michael P. Anderson et Ilan Ramon se préparent pour leur retour sur Terre. Après une série de manœuvres, la navette entame à 8h44 la phase de rentrée atmosphérique.

À 8h48, un premier capteur indique une température du bord d’attaque de l’aile gauche supérieure à la normale, quelques minutes, plus tard, un 2ème puis un 3ème capteur et un 4ème, indiquent eux aussi une température importante sur l’aile gauche de 1400°C. Ces données sont enregistrées dans une boite noire et ne sont pas visibles de l’équipage et du contrôle au sol.

À 8h52, le plasma brûlant à plus de 1500°C perce la structure interne de l’aile, ce qui lui permet de pénétrer à l’intérieur de l’aile.
À 8h53 des témoins au sol qui observent la rentrée de la navette décrivent des flashs lumineux, c’est le premier signe de la désintégration de la navette. Cependant, l’équipage et le centre de contrôle ne sont pas au courant.
Une minute plus tard, un premier problème apparaît sur les écrans du centre de contrôle, il s’agit d’un capteur de pression hydraulique placé dans l’aile gauche.
À 8h59, alors que la navette est encore à Mach 19, les valeurs des capteurs de pression des pneus de l’aile gauche sont perdues. Puis quelques secondes plus tard, la communication avec la navette est perdue, de même pour les données télémétriques.
Au même moment, des vidéos amateur montrent la navette en train de se désintégrer, le contrôle au sol ne le sait pas encore et tente de restaurer la communication perdue.
À 9h12, le centre de contrôle apprend que la télévision est en train de diffuser les images de la désintégration de la navette, le directeur demande la fermeture des portes du centre: plus aucune donnée ne doit être touchée et elles sont enregistrées pour l’enquête.

Très vite, il faut se confronter à la réalité: la navette est perdue, et il n’y a aucune chance de retrouver des survivant, tous ont péri dans ce qui sera le 2ème et dernier accident de la navette spatiale.

 

L’enquête

Après l’accident, on retrouve des débris sur une très grande zone, dont une grande partie au Texas, on y retrouve des effets personnels, des restes d’expériences ainsi que des composants de la navette.

Très vite, le revêtement thermique de la navette est pointé du doigt, étant donné sa fragilité, mais une question subsiste cependant: Comment s’est il détaché ?

Pour répondre à cette question, les enquêteurs vont se pencher sur les images du décollage, à la 2ème minute, ils vont remarquer un morceau de mousse isolante du réservoir principal se détacher et percuter violemment l’aile gauche de la navette à plus de 2000 km/h, cette mousse est très dense, mais le bord d’attaque est censé être une des parties les plus solides de la navette.

Résultat de recherche d'images pour "columbia foam impact"

Pour confirmer cela, ils reproduisent le bord d’attaque de la navette et propulsent un morceau de mousse de réservoir à la même vitesse.

La mousse traverse littéralement le bord d’attaque et laisse un trou de 25cm de diamètre dans la structure.

Résultat de recherche d'images pour "columbia foam impact RCC"

Plus tard, on apprend que la NASA était au courant de l’impact de ce morceau de mousse, mais en avait sous-estimé les conséquences, elle avait aussi refusé une inspection visuelle avec le prétexte que si il y avait le moindre problème, rien ne pourrait être fait.

Ce trou, de 25cm a pu laisser une très grosse quantité de gaz extrêmement chaud rentrer dans l’aile et la détruire de l’intérieur lors de la partie la plus critique du vol.

Plus tard, on remarque que plusieurs autres vols de navettes ont subi ce problème, toujours la même portion de mousse, mais ne générant pas de problèmes graves.

Quelles mesures ont été prises à la suite de cet accident ?

Premièrement, cette portion de mousse a été retirée du réservoir. Ensuite, la plupart des missions se focalisent sur le télescope Hubble ainsi que la construction de l’ISS. Dans le cas de l’ISS la navette effectue une sorte de looping avant de s’amarrer à l’ISS pour que les astronautes à bord puissent voir si d’éventuels dégâts sont détectés et pouvoir effectuer des réparations si nécessaire.

Cet accident marquera malheureusement la fin des navettes spatiales, leur mise à la retraite étant programmée pour 2011.

Cet accident ainsi que celui de Challenger ont coûté la vie de 14 personnes. Les navettes s’arrêteront définitivement de voler en 2011 après le vol de la navette Atlantis le 21 Juillet. Elles sont désormais dans des musées, comme symbole du passé.

Sources:
Wikipedia
Rapport d’accident de la NASA

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.