Comment se déplacer dans l’espace ?

Quand il s’agit de se déplacer, l’espace est très loin d’être coopératif. Là haut, il n’y pas d’air pour voler comme un avion, d’autres moyens pour contrôler le vaisseau sont nécessaires afin de ne pas en perdre le contrôle.

Au décollage

Au décollage, on utilise des ailerons qui permettent de se diriger efficacement dans les basses couches de l’atmosphère, qui seront largués avec le premier étage une fois inutiles. On peut aussi faire pivoter les moteurs ou baisser la puissance d’un coté du lanceur. Un autre moyen assez utilisé (sur les Soyouz par exemple) et l’emplois de moteurs verniers, de petits moteurs fusées qui peuvent s’orienter dans toutes les directions et qui permettent de contrôler la fusée.

La Saturn V utilisait à la fois des ailerons (comme on peut le voir ci-dessus – en construction) et des moteurs équipés de cardans pour pouvoir pivoter

Ok, mais sinon, dans l’espace ça se passe comment ?

Eh bien… prenons l’exemple de notre cher ami Starman, actuellement au volant de sa Tesla Roadster en orbite autours du Soleil. Si Starman tourne le volant de sa voiture, eh bien il se passera rien, car… les roues ne sont en contact avec aucunes surfaces, il est donc incapable de tourner.
Mais, il y a un moyen très simple de s’orienter là haut: Utiliser des propulseurs, comme les RCS ou tout ce qui génère une propulsion (oui, même votre bouteille de Coca Cola !)

Un extincteur suffit parfois, si on sait maîtriser la poussée

Les RCS ?

Oui, pour Reaction Control System, en provoquant de petites poussées via de petits moteurs fonctionnant à l’azote, on peut contrôler l’orientation et même les déplacements du vaisseau, ils sont généralement utilisés pour effectuer de petites corrections de trajectoire lors d’un vol spatial ou pour s’amarrer à une station ou un autre vaisseau. C’est le moyen de s’orienter le plus simple (façon de parler) et le plus utilisé.

Moteurs RCS sur la Navette Spatiale Américaine

D’autres moyens ?

On peut aussi utiliser des volants d’inertie, des roues tournant à grande vitesse qui, en ralentissant ou accélérant leur vitesse de rotation, font pivoter le vaisseau. Ils ont l’avantage de ne consommer que de l’électricité et d’être très précises. Cependant, elles ne permettent pas de contrôler les déplacements du vaisseau, uniquement son orientation.

Un exemple de volant d’inertie

Mais à force de l’utiliser, ça doit consommer du carburant non ?

En effet (sauf pour les volants d’inertie qui n’utilisent que de l’électricité), donc pour les longs voyages comme ceux des sondes, qui ont besoin de garder leur antenne pointée vers la Terre. Il suffit de mettre la sonde en rotation sur elle même à quelques tours par minutes. La sonde devient alors un gyroscope, elle peut alors rester longtemps pointée dans la même direction sur le long terme, bien que des corrections soient nécessaires. Par exemple, la sonde Voyager 1 a récemment rallumé ses moteurs de contrôle de latitude après 44 ans d’inactivité afin de réajuster l’orientation de la sonde.

Se déplacer là haut, au dessus de nos têtes nécessite des moyens très sophistiqués et précis, la moindre erreur peut résulter en la perte de contrôle du vaisseau. Mais ces moyens de contrôler la latitude du vaisseau sont indispensables si on veut pouvoir communiquer avec par exemple.

Anthony (Tymon)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.